La Bourse : acheter au son du canon et vendre au son du clairon.





Cet adage boursier est l’un des dictons les plus connus concernant les marchés financiers.


Il signifie qu’il faut savoir acheter quand la situation est menaçante et ne semble pas être la bonne période pour investir, car tout le monde est vendeur. Cependant, c’est bien dans ces moments de panique boursière que le prix des actions est bas et abordable.


Le dicton annonce aussi qu’il faut savoir vendre au son du clairon, c’est-à-dire lorsque tout semble aller pour le mieux et que la période est euphorique.


Sur le long terme, l’investisseur qui ose acheter dans les phases de panique boursière, en misant sur des titres qu’il a préalablement analysés, sera très souvent gagnant. Malheureusement, la majorité des investisseurs particuliers ont tendance à faire l’inverse de ce dicton, en entrant souvent durant les phases d’euphorie sur les marchés et en revendant leurs titres durant les phases de dépression boursière.

Mais comment reconnaître une phase de dépression boursière ?


Le son du canon correspond souvent à un ou plusieurs événements ayant un impact mondial qui va mener à un krach boursier se traduisant par un effondrement du cours des actions qui surprend tous les investisseurs et engendre un mouvement de panique à la vente. Cela fait mécaniquement baisser le prix des actions en général puisque les acheteurs se font rares, alors que le marché est inondé par des ordres de vente. Ce sont des crises financières qui ne sont pas anticipées par les marchés, car il est tout simplement très difficile, voire impossible de les anticiper, puisque ces crises débutent le plus souvent par des événements très peu probables et extrêmes. On parle ici de cygnes noirs.


La théorie du cygne noir a été développée par Nassim Nicolas Taleb, un célèbre statisticien, dans son essai « Le Cygne noir : la puissance de l’imprévisible ».


D’après Nassim Taleb, un cygne noir est un événement imprévisible, qui a très peu de chances de se produire, mais qui, s’il se produit, a un impact extrême sur le monde.


Pour vous donner une idée de quelques cygnes noirs évoqués par Taleb dans son livre, on peut parler de l’invention d'internet, de celle de l’ordinateur personnel, du déclenchement de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, de la chute de l’URSS ou encore des attentats du 11 septembre 2001. Aujourd’hui, la liste pourrait s’allonger de quelques événements récents comme la pandémie mondiale que nous subissons depuis 2020 ou encore le déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Il est donc très difficile de prévoir ces événements en tant qu’investisseur. Une solution pourrait être d’investir régulièrement sur un tracker répliquant la performance d’un indice (CAC 40, S&P 500, Nasdaq-100…) mais cette solution seule ne vous permettra jamais de faire mieux que l’indice que vous suivez.

La solution consiste donc à sélectionner des titres que vous voulez avoir dans votre portefeuille pour leur valeur intrinsèque. Les perspectives de l’entreprise doivent être bonnes malgré les événements extérieurs de marché pouvant impacter sa valorisation.

Après avoir trouvé les titres qui vous intéressent, la meilleure chose à faire est d’attendre d’avoir un bon multiple de valorisations pour les acquérir. On s’intéresse alors au price earning ratio (PER) qui indique combien de fois le bénéfice par action est contenu dans le cours, c’est-à-dire combien de fois le marché capitalise les bénéfices de la société. C’est à ce moment qu’il faudrait attendre le son du canon (le cygne noir), pour pouvoir acheter les titres qui vous intéressent durant la phase de dépression ou même de krach.

Maintenant que vous avez acheté les titres des sociétés au rabais, vous pouvez les conserver sur le long terme et obtenir les dividendes de ces titres en plus de leur valorisation qui reviendra le plus souvent au niveau d’avant crise et le dépassera ensuite dans la majorité des cas. En cas de besoin de liquidité, vous pourrez profiter des phases d'euphorie et revendre avec de très belles plus values au son du clairon.


Cette façon de faire de l’investissement boursier semble difficile et coûteuse en temps pour l’investisseur qui sera pressé de gagner de l’argent sur les marchés ou celui qui ne supporte pas les variations extrêmes de valorisation.

Pourtant, nous avons connu dernièrement des cygnes noirs qui ont offert de superbes opportunités d’achat sur les marchés financiers. L’arrivée du Covid en 2020, par exemple, a permis aux investisseurs d’acheter après un repli des marchés boursiers allant de 20% jusqu’à 25%.


L’indice tricolore (CAC 40) est par exemple passé de près de 6000pts à 3800pts. Pourtant, un an plus tard, ce même indice avait retrouvé le niveau d’avant crise pour finir par le dépasser très rapidement.


Encore plus proche de nous, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a agi comme un cygne noir (puisque imprévisible) offrant à nouveau des opportunités d’achat sur certaines valeurs très décotées durant la phase de panique suivant son arrivée.


Vous l’aurez compris, ce dicton « il faut acheter au son du canon et vendre au son du clairon » permet le plus souvent de faire de très bonnes affaires en bourse. Pour le mettre en œuvre, vous devrez simplement vous armer de patience et ne jamais laisser la panique ou vos émotions prendre les décisions d’achat ou de vente à votre place.


L’équipe BDC.



0 commentaire