Private Equity : l'investissement dans des sociétés non cotées ?





En réalité, lorsque nous parlons de Private Equity, nous parlons tout simplement d’un investissement dans des sociétés non cotées.


Vous investissez donc au capital de petites et moyennes entreprises.


Vos investissements permettent aux sociétés de se développer et de répondre aux besoins de financements à court, moyen et long terme.


Une entreprise va avoir un besoin de financement tout au long de sa vie. Nous retrouverons donc ici des besoins au démarrage, c’est-à-dire au lancement et nous parlerons ici de capital risque.


Puis l’entreprise aura besoin à nouveau de fonds pour financer son développement, sa croissance interne et externe et nous parlerons ici de capital développement.


Et il y aura également une période ou les associés vont vouloir revendre leurs parts lorsqu’ils souhaiteront se retirer du projet. Le rachat des parts peut se faire par des nouveaux fonds ou par un emprunt, nous parlerons ici de capital transmission.

On parle souvent ici également de Leverage Buy Out (LBO).


Il y en enfin une possibilité pour l’entreprise de faire appel à des financements pour se restructurer et se remettre à flot, nous parlerons ici de capital retournement.


Nous venons de vous expliquer les différentes étapes de l’investissement dans des sociétés non cotées.


Lorsque vous souhaitez investir sur le Private Equity, votre premier objectif est le rendement.


Nous savons que vous avez besoin aujourd’hui de diversifier vos portefeuilles pour pouvoir avoir une rémunération de vos avoirs. En effet, les livrets ou le fonds en euros de l’assurance-vie ne sont pas des actifs rémunérateurs sur le long terme et ne protègent pas votre épargne de l’inflation.

Les sociétés non cotées sont aujourd’hui une classe d’actifs à prendre en compte.

Il est souvent intéressant de compléter vos investissements avec du Private Equity à partir d’un certain montant de patrimoine.


Pour investir sur du Private Equity, vous devez avoir un horizon de placement très long.


Nous pensons souvent ici à une durée de l’investissement supérieure à 8 ans.


Il s’agit d’un investissement risqué, souvent classé à une échelle de risque 7 sur une échelle de 1 à 7.


Nous pouvons donc retenir trois points importants avant de faire du Private Equity :

- Niveau de risque très élevé

- Horizon de placement très long

- Un actif complémentaire à vos autres placements


Quelle est la fiscalité du Private Equity ?


Il y a plusieurs moyens d’investir sur du Private Equity :


- En direct : vous serez taxé à hauteur de 30% (PFU) sur ce que vous avez gagné (la plus-value)

- Par le PEA : si l’enveloppe du PEA est ouverte depuis plus de 5 ans, alors vous aurez une taxation à hauteur de 17.2% sur le gain, sinon celle-ci sera de 30%. Vous serez cependant limité au montant que vous pouvez investir dans le PEA ainsi que par une contrainte géographique qui se limite à l’espace économique européen.

- Par l’assurance-vie : vous serez imposé lorsque vous effectuerez un rachat sur votre contrat d’assurance-vie. Attention, à ce type d’investissement dans l’assurance-vie car il demande au minimum 8 ans.

- Par le biais d’une holding : vous aurez la fiscalité de la holding qui s’applique (IS)


Est-il possible de bénéficier d’un avantage fiscal avec du Private Equity ?


Il est possible d’avoir des exonérations sur les gains ou des réductions d’impôts. Nous parlons ici des FCPR, des FCPI, etc.


Comment investir sur du Private Equity ?


Nous vous conseillons de nous contacter pour effectuer ce type de placement. Vous pouvez également vous renseigner et investir par vos propres moyens, mais il est souvent compliqué de maîtriser toutes les variables d’un tel investissement, sans avoir le conseil d’un professionnel.


Nous sommes disponibles dès que vous le souhaitez pour effectuer un point sur votre épargne et vous accompagner dans un tel projet.


L'équipe BDC.



0 commentaire