Les alternatives à votre Livret A !

Dernière mise à jour : 16 mai


Quels placements en dehors de vos livrets ?


Comment expliquer qu’en 2020, avec un rendement ultra faible, le livret A et autre LDD restent les stars des placements… alors qu’ils font perdre du pouvoir d’achat ?


Aux grés de nos échanges avec de nombreux jeunes actifs, nous nous sommes rendus compte que peu d’entre eux ont recours aux placements offrant de bons rendements comparés aux livrets. Pourquoi ?


Deux explications majeures et corrélées sont apparues : tout d’abord la quasi-absence d'éducation financière des Français. Dans le cursus normal des études, gestion de ses finances et développement de son patrimoine sont absents des manuels de l’école. Si l’école n’apprenait pas aux enfants à lire, comment penser qu’ils s’intéresseraient à la littérature ?


Il en va de même avec la finance, ni plus, ni moins. Nos interlocuteurs ont beaucoup employé des expressions comme « manque de temps », « manque d’envie », « trop complexe ». En effet, sans les clés de lecture de base, les placements financiers peuvent apparaitre comme rébarbatifs… et personne n’a envie de passer son temps libre à « se prendre la tête » avec des choses rébarbatives.


Le manque de temps que chacun peut accorder à la prise d'informations et au besoin de compréhension de l'ensemble des possibilités de placements est donc le second frein à la bonne compréhension des mécanismes financiers. Clémenceau disait « La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires »… il en va de même avec votre argent. Il est suffisamment dur à gagner, alors une fois la chose faite, pourquoi en abandonner la gestion en aveugle à des banquiers ?


Quelles solutions pour commencer à investir et faire fructifier son argent ?

Bonne nouvelle, croyez-nous sur parole : choisir les bons investissements n’a rien du casse-tête. De bonnes surprises se cachent, par exemple, dans deux "enveloppes fiscales" très efficaces pour investir votre surplus d'épargne : le PEA et l'Assurance vie.


Regardons de plus près le fonctionnement et les avantages de ces 2 placements.


Vous n’avez pas encore de PEA et une assurance vie ? Erreur… il faut les ouvrir « au plus tôt », même avec une somme minimale. Nous allons vous expliquer pourquoi ?


Ces deux placements sont en fait des enveloppes fiscales qui permettent d'investir dans des actions, des obligations, des ETF (fonds « suiveurs » d'indices boursiers) et des fonds gérés par des professionnels.


Retenez également que l'assurance vie est divisée en deux poches distinctes :

  • Une poche sécuritaire garantie par l'Etat que l'on appelle "fonds en euros" qui rapporte environ 1% d'intérêts par an ;

  • Une poche plus risquée dans laquelle vous pourrez investir sur les actifs évoqués plus haut que l'on appelle les Unités de comptes. La performance des unités de compte varie en fonction de vos choix entre les différents actifs et du comportement des marchés financiers.

Le PEA va vous permettre d'investir sur les actifs européens. L'avantage de ce placement est de pouvoir retirer votre argent sans payer d'impôts sur vos gains après 5 ans de détention (vous devrez malgré tout payer les prélèvements sociaux qui représente 17,2% des intérêts acquis).


« Gain exonéré d’impôts après 5ans… » Vous commencez à comprendre pourquoi il ne faut pas tarder à ouvrir un PEA ? 5ans, ça passe vite … en ouvrant un PEA dès maintenant, vous "prendrez date" pour l’avenir. Si dans 4 ans vous souhaitez placer un surplus d’épargne, vous n’aurez plus qu’à attendre 1 an avant de profiter de votre capital + intérêts comme vous le feriez avec votre bon vieux Livret A… avec un bien meilleur rendement, alors convaincus ?


Vous vous dites peut-être « je préfère mon livret A, au moins avec lui, je retire mon argent sans attendre » … Sachez que vous pouvez faire de même avec un PEA, MAIS … dans ce cas vous paierez des impôts sur vos intérêts.


Techniquement, vous serez imposé au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU :12,8% d'impôts + 17,2% de prélèvements sociaux). Il est aussi possible d'opter pour une imposition à votre taux d'Impôt sur le Revenu qui s'appliquera à l'ensemble de vos revenus mobiliers (pertinent si vous obtenez ainsi un taux inférieur au 12.8+17.2 soit 30% du PFU).


Quid de l’assurance vie ?


Le mécanisme est similaire à celui du PEA. Il faut "prendre date" comme pour le PEA mais la durée de détention est différente. C’est un peu plus long. Il faudra en effet attendre 8 ans de détention pour réduire l'imposition de vos gains.


Au bout de 8 ans, vous aurez une imposition au taux de 7,5% auxquels s'ajouteront les prélèvements sociaux de 17,2% (avant 8 ans c'est le PFU qui s'applique). Il est toujours possible d'opter pour une imposition à votre taux d'IR mais attention si vous faite ce choix il s'appliquera à l'ensemble de vos revenus mobiliers.

Avec l’assurance vie … être patient rapporte plus …


Le plus gros avantage après 8 ans est surement l'abattement annuel de 4 600 € si vous êtes célibataire et de 9 200 € si vous êtes en couple avec une imposition commune. Cet abattement s'applique sur la partie imposition qui peut être réduite ou supprimée et non pas sur les prélèvements sociaux qui restent dus.


Prenons un exemple et imaginons que vous ouvrez une assurance vie en y déposant

10 000 €.

Vous obtenez une performance de 30% sur 8 ans grâce à une bonne répartition entre le fond en euros qui est sécurisé et les unités de compte qui sont des placements plus risqués mais dont le rendement est meilleur.


Au bout de 8 ans vous aurez gagné 3 000 € et votre capital sera donc de 13 000 €.


Si vous souhaitez retirer la totalité de cette somme (on appelle cela un "rachat"), vous serez imposé sur la base de 3 000 € de gains. Imaginons que vous soyez célibataire, vous pourrez utiliser l'abattement de 4 600 € et donc ne pas payer d'impôts sur cette plus-value (les prélèvements sociaux sont eux toujours à payer pour 17,2%).


L’application des prélèvements sociaux (PS) dépend du type de support financier sur lequel vous investissez. Retenez simplement que normalement, votre assureur fera le prélèvement chaque année sur le fond en euros alors que vous paierez les PS au moment du rachat pour les unités de comptes.

Des articles spécifiques au PEA et à l'assurance vie permettront d'étudier leur fonctionnement plus précisément prochainement.

Que retenir au final d’un placement sur un PEA / une assurance vie ?


Si vous ne deviez retenir qu’une chose, ce devrait être celle-ci : commencez le plus tôt possible ! Contactez votre banquier ou allez sur une banque en ligne (leurs contrats d'assurance vie sont plus accessibles que ceux des banques traditionnelles) afin de préparer au mieux vos futurs investissements.

Si vous souhaitez aller plus loin retrouvez nous lors d'une visioconférence sur le thème de l'investissement ou en rendez-vous. N’hésitez pas, le conseil est gratuit !


L'équipe BDC.



0 commentaire